Mylène Ragon

de Sherif Awad

Mylène Ragon

Je suis native de la région Parisienne. Ma mère m'a inscrite au théâtre à 8 ans car j'étais une petite fille introvertie, elle pensait que ça m'aiderait. J'ai tellement aimé cela que j'ai continué pendant 10 ans. Déjà petite, écrire des pièces avec mes camarades de la troupe, jouer sur scène, cela me passionnait. Je me suis construite comme ça, en jouant, en interprétant, en inventant, en me réinventant, en partageant avec le public, avec les autres. C'est devenu une façon de vivre, je n'ai jamais abandonné, je suis profondément devenue une artiste ...

Plus jeune, j'étais passionnée par les histoires d'amour impossible sur scène comme au cinéma. Je suis de l'époque "Titanic". J'ai aussi été bercée avec les sitcoms du Club Dorothée. J'étais aussi fan de Kevin Costner, j'adorais ses films et tous les sentiments de liberté qui s'y émanaient (je suis toujours fan d'ailleurs), les Inconnus me faisaient rire et je regardais Beverly Hills. En règle générale, j'étais fascinée par le cinéma américain. 

-En ce qui me concerne, j'ai fait des cours municipaux dans plusieurs villes, je n'ai jamais fait de grands cours réputés, mais j'adorais mes profs qui faisaient ça de manière quasi-bénévole et qui avait la passion au corps. En règle générale, quand on veut devenir comédien, il faut absolument s'inscrire à un cours, quel qu'il soit. L'apprentissage est important, être comédien ne s'improvise pas, c'est un métier à part entière 

-Pour être honnête, plus jeune, j'aurai adoré être célèbre. Maintenant, j'ai plus de recul, ce n'est plus aussi important pour moi. Je vis de ma passion et c'est déjà une grande chance. Si un jour ça décolle, tant mieux, sinon, ce ne sera pas grave, je suis déjà contente d'en être arrivée là. De plus, maintenant, je fais aussi du casting et je vois l'autre côté du décor, je trouve cela très intéressant et enrichissant 

-Je crois que le défi dans ce métier, c'est de s'accrocher. Nous sommes nombreux à être artistes et il y a, quel que soit le projet, peu d'élus, le tout, c'est de ne pas abandonner. Chacun aura sa chance un jour. 

-Pour les projets :  C'est un peu au jour le jour, surtout en ce moment :)