FARIDA RAHOUADJ


Specialement pour www.MeetingVenus.com

FARIDA RAHOUADJ


Je viens d'un milieu très modeste...j'ai perdu mon père lorsque j'avais deux ans et ma mère héroïquement nous a élevé seule ( famille nombreuse). Mon premier rapport à l'art est je pense ma mère : une figure pour moi si héroïque avec une très forte personnalité.
Le choix du métier d'actrice s'est fait avec l'expérience. En effet, c'est en surmontant les difficultés et en apprenant ce métier que je l'ai choisi. Je n'avais pas vraiment de modèle. j'en ai eu une lorsque j'ai commencé mes études: Maria Casarès. j'ai été très impressionnée aussi par les premiers spectacles de Pina Bausch.

Pour devenir artiste, c'est une vrai métier qu'il faut apprendre. L'interprétation étant un art vivant en constant mouvement que nous avons besoin régulièrement d'apprendre et de retourner à l'école afin de se questionner . C'est ce que je fais en faisant des stages avec de grands directeurs d'acteurs comme Krystian Lupa par exemple .

Mon but n'est pas la célébrité mais de pouvoir pratiquer ce métier qui me passionne et d'avoir la chance d'interpréter des rôles magnifiques. En France où je vis, aucun sinon qu'il y a moins de rôles pour les femmes après 40 ans mais cela commence à changer. Ce serait trop difficile et trop long de vous décrire la situation, mais de manière générale, je peux dire qu'en France nous avons la chance d'avoir une vrai politique culturelle même si cela pourrait s'améliorer et un vrai statut en tant actrice .
La meilleure expérience est toujours la prochaine que j'aurai la chance de vivre. Tout dépend du projet, il n'y a pas une méthode que j'applique à tout. Suivant le projet, je m'adapte, parfois je dois apprendre une nouvelle langue etc...

Prochainement, j’ai plusieurs projets au théâtre et un prochain long métrage GAGARINE réalisé par Fanny Liatard et Jérémy Trouilh qui sortira l'année prochaine. Je tourne actuellement dans la troisième saison des BRACELETS ROUGES.